Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘maman’

Certains événements me font réalisés à quel point j’ai grandi en tant que maman. Je ne suis plus une débutante.

Courant décembre J. a fait une bronchiolite qui a nécessitée des séances de kine respiratoire. Ces séances de torture où notre enfant semble être écrasé par le kine et hurle tout ce qu’il peut. J’ai grandi car je n’ai pas pleuré. Je suis restée stoïque.

Je me souviens, pour Ell, je detournais mon regard, les larmes aux yeux. J’avais même dû quitter la pièce laissant mon mari gérer tellement ça m’était douloureux.

Mais aujourd’hui, j’ai grandi. Doucement, sans m’en rendre compte je me suis forgée ma carapace de maman. Cette carapace que chaque parent doit apprendre à se forger pour avoir toujours l’air fort et inébranlable aux yeux de leurs enfants. Nous sommes leur pilier, leur fondation nous nous devons de ne pas flancher face à eux. Nous nous devons de toujours les rassurer même quand on a peur pour eux, mal pour eux, qu’on souffre avec eux.

J’ai donc découvert ma carapace quand j’ai emmené mon bébé qui avait tout juste deux mois à ces séances de Kine. J’ai réalisé que j’assistais à la séance sans être vraiment là, lorsque l’espace d’une seconde j’ai lâché ma garde, une toute petite brèche dans ma carapace et j’ai senti mes yeux s’embuer. J’ai colmaté aussi vite que possible cette brèche, en réalisant que non ce n’était pas seulement parce qu’il était plus petit que sa soeur lorsqu’elle était à sa place que je le supportais plus facilement, j’avais juste grandi.

Read Full Post »

En faisant mon petit tour de blogs, j’ai lu celui-ci « Aime-t-on son enfant dès la première seconde ? » de la Madame Parle.

Je ne me suis jamais posée la question. Miss Socquette c’est une évidence à la seconde où je l’ai vue je l’ai aimée. En fait, pour être plus précise, Miss Socquette à la seconde où j’ai compris qu’elle se nichait en moi je l’ai aimée. Pour être vraiment honnête, Miss Socquette je l’aimais même avant cet instant. Parce qu’à l’époque mon désir d’enfant était tel, que l’amour était là avant que le petit être prêt à le recevoir n’existe.

Alors que ce soit Miss Socquette ou un autre… je l’aimais déjà, quand elle est née. Elle a juste eu un visage, un sexe, un prénom. Mais l’amour était déjà là. C’était viscéral.

Aujourd’hui, à deux mois de l’accouchement (1 si le bébé joue les pressé comme sa soeur), je ne suis pas prête. Comme je l’ai déjà dis plusieurs, cette grossesse est totalement différente de celle d’Erell. Je me sens bien enceinte là n’est pas le problème. Mais je ne passe pas mon temps sur les blogs ou forums de futures mamans (je suis plutôt sur les blogs et forums de « déjà maman »). Je ne suis pas en train de prévoir les multiples achats qu’il faudrait faire pour le bébé (c’est vrai que nous avons déjà tout), au mieux j’achète pour Miss Socquette afin de remplacer ce qu’elle doit « céder » au bébé. Je n’ai pas encore trié ses petits vêtements. Sa chambre est un dépotoir. Bref, je ne suis pas rentrée dans cette grossesse à préparer fébrilement l’arrivée de ce bébé comme je l’ai été pour Miss Socquette.

Je veux être claire. Cet enfant je l’ai désiré. Et j’aime le sentir bouger. Oui, je communique avec lui régulièrement. Il me rappelle sa présence bien plus fréquemment que Miss Socquette. Mais la nécessité d’avoir cet enfant était pour moi plus cérébrale que viscérale. Pour Miss Socquette ça venait des tripes c’est une évidence. Pour ce second bébé, tout simplement, je veux au minimum 2 enfants d’âges rapprochés. Alors naturellement, quand Miss Socquette a eu 1 an et que le mariage fut passé nous avons décidé de faire ce bébé. Mais notre besoin d’amour est déjà comblé par Miss Socquette… Et tant que ce bébé n’est pas là, qu’il reste aussi abstrait… Pour l’instant je n’ai pas l’impression de « l’aimer ».

Alors quand j’ai lu le post de Madame Parle, j’avoue avoir pris peur. Je me raccroche à l’idée que lorsqu’il sera là ce sera une évidence je l’aimerai. Mais pourquoi en suis-je si sûre après tout ? Et si ce n’était pas le cas ? Et si je ne l’aime pas au premier instant, et si je ne le reconnais pas tout de suite ? Je trouve cette idée effrayante…

 

Read Full Post »

Je suis maman

J’aime le matin l’entendre discutée
J’aime le matin l’entendre rire et jouer
J’aime le matin quand elle me fait un câlin des baisers

J’aime le matin son sourire, sa bonne humeur, la regarder

Je suis maman

J’aime le soir qu’elle m’accueille avec un tonitruant "Papa"
J’aime le soir qu’elle vienne me serrer dans ses bras

J’aime le soir sa cuillère à la main qu’elle partage notre repas
J’aime le soir son sourire, sa bonne humeur, être là

Je suis maman

Read Full Post »

Ma princesse a eu 1 an hier. Non elle n’a pas soufflé sa première bougie, elle voulait jouer avec ! Mais on a essayé. Voilà 1 an que je suis maman. Entre elle et la maison, j’ai l’impression qu’il s’est écoulé beaucoup plus de temps que ça. Juste une petite année. Et pourtant, je n’ai pas l’impression qu’elle est avec nous depuis si longtemps. Je ne l’ai pas vu grandir ! Quand on regarde les photos on a peine à croire qu’elle était si petite !

Alors voilà, 1 an d’amour, 1 an de bonheur, 1 an de plaisir, 1 an de tendresse. Mais c’est aussi 1 an d’allaitement. C’est un année d’apprentissage, de découverte, pour elle de notre monde, pour nous de la parentalité. C’est aussi une année à s’apprendre et se découvrir, elle par son caractère se forgeant jour après jour, nous dans notre nouvelle peau de parent. C’est une année très riche. Une année d’émerveillement.

Ce fut une année aussi d’auto découverte. Se découvrir l’envie de construire des choses de nos propres mains, faire du tricot, de la couture, du bricolage, du collage. Une année aussi à vouloir immortaliser chaque instant, par l’image fixe ou mobile, par les mots.

Cette année c’est toi qui nous l’a offerte mon bébé.

Bon anniversaire mon bébé.
Je t’aime.
Maman

Read Full Post »