Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘arrêt’

Après un petit week-end en Bretagne. (ça fait du bien de la retrouver de temps en temps) Je suis rentrée lundi soir fatiguée. Et hier, je suis allée dire « au revoir » à mes collègues de travail. J’ai récupérer quelques affaires… Elles ont profité que j’étais là pour me poser pas mal de questions sur les sujets à reprendre.

Et voilà… Je suis arrivée à 11h et je suis repartie à 16h. Petite journée et pourtant… La soirée a été très dure. J’étais vraiment fatiguée. Une loque. J’avais de grosses contractions. Bref, il était temps que je m’arrête.

J’ai dis « au revoir ». Et maintenant, plus qu’à prendre soin de moi et du bébé. J’ai toujours un peu des remords, mais quand je vois mon état d’hier soir, je suis surtout soulagée maintenant.

Read Full Post »

Le 6 mars dernier, je vous expliquais que je commençais à sentir la fatigue se faire bien sentir.

J’étais fatiguée. J’étais enrhumée depuis deux semaines. Mais je ne voulais pas me faire arrêter si tôt. Attendre encore un peu, boucler les sujets au travail, préparer cette dernière réunion…

Je voulais attendre encore une dizaine de jours, me laisser le temps de laisser les choses en ordre.

Râté. J’ai trop tiré.

Le 8 mars au matin, je me suis réveillée tôt avec une vive douleur à l’oreille. Retour d’une vingtaine d’année en arrière, mon abonnement aux otites n’est pas périmé. Je douille et je suis sourde.

J’ai trop attendu. Les contractions à répétition je les ai ignorées. Le rhume persistant je l’ai ignoré. La fatigue chronique je l’ai ignorée.

Mais là l’otite fut plus forte que moi. Je suis donc arrêtée depuis le 8 mars. Arrêtée jusqu’à aujourd’hui pour mon otite. J’avais rendez-vous à la maternité cette semaine, et mon arrêt est donc prolongé jusqu’au 5 avril.

ça s’est fait…

Même pas le temps de dire au revoir aux collègues. Je vais repasser les voir pour récupérer quelques affaires, mais je n’ai pas vécu « les derniers jours ».

Je suis partagée. Je me sens un peu coupable d’être arrêtée si tôt. Ma grossesse n’est pas pathologique (même si le diabète gestationnel risque encore de passer par moi mais j’en parlerai une autre fois). J’avais encore pleins de boulot. Miss Socquette va toujours à la crèche. D’un autre côté, je me dis que je vais enfin pouvoir avancer ce que 2 pauvres petits jours de week-end ne me permettent pas de faire, que cette fois je vais avoir un peu plus de temps pour me reposer vraiment avant l’arrivée du bébé… Mais j’ai quand même un peu l’impression de lâcher mes collègues au pire moment.

Read Full Post »

Au bureau c’est dernier temps je me suis considérablement investie. Par la force des choses mes collègues, travaillant sur d’autres projets, et cette grossesse dans laquelle j’ai du mal à me plonger.

Alors que je ne travaille sur ce sujet que depuis 1 an, j’ai pris en charge une partie importante, je suis devenue la référence sur le projet. Pourtant dans un mois exactement débute mon congé pathologique. Je sais que je ne couperai pas à ce congé. Je pense même que je serais arrêtée sous 15 jours.

Alors j’essai de renvoyer tous les sujets vers mes collègues. De temps en temps je leur fais des suggestions pour organiser telle ou telle réunion rapidement. Ne surtout pas prendre la main sur ces nouveaux sujets puisque je m’en vais.
C’est difficile. Il faut que je passe mon tour… mais à chaque instant on me rappelle que je suis la référence du projet.

Mais je suis fatiguée. Une deuxième grossesse c’est plus difficile ? oui pas tant que la grossesse soit plus pathologique que la précédente. Mais simplement que cette fois je n’ai pas que moi à penser. Miss Socquette pleine d’énergie passe avant tout. Et même si super Papa veille et me chouchoute, il ne peut l’empêcher d’avoir besoin de sa maman.

Il faut que je décroche. Laisser le boulot, clôturer les dossiers, passer le relais… et me reposer… penser à ce bébé. Prendre du temps pour lui, lui préparer sa place au sein de la famille, être reposée pour l’accueillir.

Il faut décrocher pour s’investir enfin dans cette grossesse qui est passée un peu au second plan et qui approche maintenant doucement de son terme.

Il faut décrocher pour que ce bébé reste au chaud le plus longtemps possible quelques jours de plus que Miss Socquette au minimum. Les contractions s’installent de plus en plus chaque jour malgré le spasfon quotidien.

Décrocher… ne plus s’investir autant au travail… préparer le départ…

Read Full Post »